ChessV, le spécialiste des variantes d'échecs - Echecs et informatique sur PC-Windows

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Variantes

ChessV : Universal chess program

"V" pour "Variantes"



Ce programme gratuit est une interface spécialisée dans les variantes d'échecs - et pas qu'un peu ! Le qualificatif d'universel n'est pas usurpé. Avec la dernière version, ce ne sont pas loin de 120 variantes différentes qui sont proposées. Et il est possible d'en ajouter soi-même d'autres...


 

ChessV est le seul programme gratuit que je connaisse entièrement consacré à la tache de faire tourner des moteurs capables de prendre en charge un très grand nombre de variantes des échecs, certaines vraiment "exotiques".

En bref

Six moteurs spécialisés


Ce sont ces moteurs, au nombre de six (Fairy-Max, Shamax, Maxqi, King Slayer, Sjaak, plus un moteur "maison" ChessV), qui permettent au programme de s'adapter à cette considérable variabilité.

Fairy-Max est une évolution du moteur hyper-compact Micro-Max, du néerlandais Harm Geert Muller. Nativement, il est déjà capable de jouer un très grand nombre de variantes. Mais l'auteur a également fourni avec l'engine un fichier ini auto-documenté pouvant être modifié pour adapter le moteur à de nouvelles variantes. L'auteur de ChessV, Greg Strong,  s'est beaucoup appuyé sur cette capacité pour multiplier les variantes.

Fairy-Max est livré avec deux autres versions, appelées
Shamax et Maxqi. La première permet de joueur au shatranj, l'ancêtre des échecs modernes, mieux que Fairy-Max. La seconde est dédiée au Xiang Qi (dit souvent "échecs chinois") et à ses variantes. Un jeu que je considère comme trop éloigné pour nous intéresser.
Fairy-max - et probablement ses déclinaisons - est crédité d'une force voisine de 2000 elo, assez moyenne donc, mais suffisante pour la plupart des utilisateurs.

King Slayer, développé également par HGM, est un moteur encore plus spécialisé. Il a été développé pour jouer au shogi et à ses variantes. Ce jeu japonais a évolué à partir des règles du shatranj.  King Slayer peut également jouer à des variantes d'échecs sur plateau plus grand que le 8x8 des échecs classiques et avec des pièces aux déplacements inhabituels.

Le moteur
Sjaak II, de Evert Glebbeek (un autre néerlandais), est également un moteur spécialisé dans la prise en charge de variantes d'échecs, parfois très éloignée de notre jeu favori (plateau de grande taille, pièces nouvelles et exotiques...).

On ne sait pas grand chose du moteur propriétaire
ChessV. Arena estimant que l'auteur est le russe Evgeniy Korniloff, je suppose qu'il pourrait s'agir d'une version modifiée d'Obender, moteur de force moyenne (autour de 2000 elo) et au style offensif, pour lui faire supporter des variantes.


Jouer

Téléchargement et installation

On ira chercher de préférence le jeu sur le site officiel.
Télécharger Chess V ?

L'installation est standard : lancez le setup comme d'habitude.

A noter : ChessV peut-être téléchargé également sous la forme d'un exécutable "non-windows", qui devrait fonctionner dans un environnement Linux ou MacOs sous Mono (framework de développement multiplateforme open source).



Démarrage

Au lancement du logiciel s'affiche un menu qui permet d'accéder très vite à quelques variantes mise en avant dans 4 onglets.

Onglet Chess : échecs standard (on peut y jouer aussi !), quelques variétés shuffled (chess 960 de Fischer notamment), chess with different armies, pocket knight, knightmate et Alice chess.
Onglet Médium : des variantes sur plateau plus grand que l'échiquier standard
Onglet Large : des variantes sur plateau de grande taille
Onglet Historical : variantes historiques (shatranj, courier, archchess, emperor's game).

Le dernier onglet,
Index,  affiche les 120 variantes, classées par ordre alphabétique.



Remarques : je trouve que certaines variantes importantes manquent, alors que nous sommes submergés de variantes récentes et très anecdotiques, dont on aurait pu se passer facilement. Cette profusion nuit à l'ensemble car il devient difficile de trouver une variante particulière au milieu de ce fatras. D'autant plus qu'il n'y a aucun dispositif de recherche, et aucune possibilité de ranger les variantes par auteur, date ou genre.
Par ailleurs je ne comprend pas pourquoi alors que les moteurs supportent certaines variantes (par exemple Sjaak, peut jouer à suicide ou à three-checks), celles-ci n'apparaissent pas dans la liste.


Votre choix fait, un menu de réglage s'ouvre. Notez que dans la zone "Players" un menu déroulant permet de choisir un moteur parmi tous ceux qui supportent la variante que vous avez choisi. Les chevauchements ne sont pas rares. Par Exemple, le shatranj est supporté par quatre des moteurs installés : ChessV, Fairy-Max, ShaMax et Sjaak II.



Time Control : dans cette zone vous choisissez un temps par joueur pour toute la partie (par défaut 5 minutes sans incrément de temps). Vous pouvez aussi forcer le moteur, en cochant "Fixed time per move", à ne consacrer qu'un temps défini par mouvement. Par défaut, 10 secondes. Malheureusement, cette contrainte s'impose également au joueur humain.



Lorsque vous validez, un second menu de réglage s'ouvre. Laissez à 128 Mo la taille de la
Table de transposition mais mettez Variation of play sur "médium", voire "Large". Le jeu du moteur sera plus varié. Dans une situation donnée, au lieu de joueur toujours de la même façon, il sélectionnera souvent une ligne alternative. En général, cette variété, qui donne au moteur un jeu à l'apparence plus humaine, entraîne une légère chute de force. En effet, le moteur sera contraint parfois de joueur des lignes moins optimales.
Weakening : c'est ici que vous limitez la force du moteur. Par défaut, la réglette est tout à gauche, en position "none", c'est-à-dire sans limite de force. Déplacez-la vers la droite pour choisir un niveau de force entre 1 (très faible) et 15 (très fort).



Ce menu porte un deuxième onglet appelé XBoard engine settings. Lequel comprend deux paramètres :
Total memory use, par défaut à 32 Mo. Si vous jouez en partie longue à un haut niveau de force, vous pourriez porter la mémoire mobilisée à 64 Mo au moins.
Number of cores : par défaut un seul coeur est actif. Ici, idem : si vous jouez à un très bon niveau, mobilisez deux coeurs (si vous avez un ordinateur multicoeur, bien sûr).

Une fois une partie lancée, il s'avère que ChessV manque un peu de commodités. Il est possible de revenir en arrière dans la partie pour jouer d'autres mouvements (menu "Game" > "Take back move") mais pas d'agir sur le contrôle de temps. Au lieu de cet entre-deux, on aurait préféré un mode d'entraînement avec temps de réflexion illimité doublé d'un mode "sérieux", avec aucune possibilité de triche.


Modifier l'apparence

L'interface de ChessV est assez quelconque. Il y a toutefois moyen de sélectionner un jeu de couleur, de pièces, parfois de textures plus seyantes, une fois une partie commencée : menu "Options" > "Appearance" et faites votre choix. Ca ne manque pas. Si vos modifs vous plaisent particulièrement, vous pouvez leur donner un nom et les sauvegarder.


Des couleurs, un plateau et des pièces qui me plaisent bien...

Sauvegarde de parties

Il est possible d'enregistrer une partie en cours, mais la sauvegarde sera au format SGF (Smart Game Format), plus courant pour le jeu de go que pour les échecs. On aurait préféré le format PGN, beaucoup plus courant.
Par contre ChessV peut récupérer votre position au format FEN (menu "Game" > "Get or set position FEN..."). Il ne sera donc pas complètement nul en "communication" !


Peu de fonctions évoluées

ChessV reste pauvre en fonctions évoluées. L'essentiel reste un module d'analyse basique et la gestion de variation multiPV. Il n'est question nulle part d'ouvertures, mais ce n'est pas surprenant : chaque variante ou presque devrait avoir ses propres bibliothèques. Impensable dans le cadre d'un logiciel libre comme ChessV.

Mode analyse et évaluation

ChessV possède un mode d'analyse simple mais utile, accessible depuis le menu "Game" > "Quick analyse". Le moteur propose, s'il y a lieu, une ou plusieurs séquences de mouvements alternatifs, à partir de la position courante. En cours de partie, un graphe synthétise la situation des belligérants selon les conventions habituelles (onglet "Evaluation history").  Chaque position fait l'objet d'une évaluation en centipion. La valeur courante peut être affichée a tout moment (menu "Game" > "Static Evaluation").


Ici les blancs sont dans une belle m....

L'évaluation est toujours réalisée relativement aux blancs. Autrement dit, quand les blancs gagnent, les points du graphe pointent vers le haut et les valeurs des positions sont positives. Lorsqu'ils perdent les valeurs sont négatives et le graphe pointe vers le bas. Alors que pour les noirs c'est exactement l'inverse: les bons coups ont toujours une valeur négative.  
Ce module est utile pour souligner les plus grosses erreurs, mais le niveau de force du moteur d'analyse, assez modeste, ne permet pas une évaluation très précise.

MultiPV

Les moteurs de ChessV, qui bénéficient du perfectionnement multiPV, peuvent suivre plusieurs variations en même temps. Par défaut, une évaluation donne lieu à deux explorations simultanées, sur une profondeur de 9 coups. Pour changer ces paramètres : menu "Game" > "MultiPV analysis".

Installer de nouveaux moteurs ?

Sur le menu principal, une icône permet d'accéder à la configuration des moteurs déjà installés. On peut passer des commandes directement au moteur sélectionné, afin de les optimiser, mais cela exige des compétences qui dépassent largement le cadre de cet article.
Par ailleurs, il est théoriquement possible d'ajouter de nouveaux moteurs (winboard exclusivement) à la liste des six moteurs internes. Les quelques essais que j'ai effectué n'ont pas été concluants. Aucun moteur que j'ai tenté d'installer n'a fonctionné correctement. Ce n'est clairement pas la vocation de ChessV. De toute façon je ne connais pas d'autres moteurs capables de jouer des variantes et le nombre de 120 variantes me parait déjà excessif.


Le plateau de la variante Gross Chess. Récente et exotique.


Extraire les moteurs ?

L'interface de ChessV n'étant pas géniale, l'idée m'est venue de récupérer les moteurs pour les faire tourner avec Arena. Ca a bien fonctionné, sauf sur un point : dans le menu de configuration des moteurs le choix des variantes n'apparait jamais. Les moteurs se contentent de jouer... aux échecs ! Il semble qu'aucune manipulation simple ne permettent de leur faire joueur autre chose. ChessV n'en est que plus précieux.


Ce que j'en pense ?

ChessV a beaucoup de défauts, qui sont ceux de beaucoup de logiciels freewares : l'interface est en anglais et intraduisible (j'ai cherché). Les variantes sont balancées comme ça, sans le minimum d'explication nécessaire à la compréhension de leur fonctionnement. J'ai déjà dit que le choix de certaines variantes, l'absence d'autres me paraissait critiquables.  L'auteur, en la matière, semble avoir préféré la quantité à la qualité.
Par ailleurs, l'interface de ChessV est vieillotte et son unique mode de jeu est rustique. Le programme continue à évoluer, mais lentement. Il aurait bien besoin d'une profonde refonte.
Il n'empêche que c'est la seule interface libre et gratuite permettant de jouer avec autant de facilité à de très nombreuses variantes des échecs. Tel quel, il mérite amplement sa place sur ce site.

Rob Rob, septembre 2020


 
 
 
 
 
 
 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();